CTR du NPA

Collectif pour une Tendance Révolutionnaire du NPA

La droite et le PS soutiennent les dictateurs, les exploiteurs et les pollueurs ! Luttons contre le capitalisme et ses serviteurs ! Les jeunes et les travailleurs arabes nous montrent le chemin : celui de la révolution !

Posted by Collectif TR NPA sur 22 mars 2011

(Contribution de la position 4 pour le bulletin préparatoire au CPN du NPA des 26-27 mars)

Le congrès n’a doté le parti d’aucune orientation pour intervenir dans la nouvelle situation et s’est borné à saluer les luttes révolutionnaires arabes sans en tirer de conséquences pour notre politique. Pourtant, ces luttes ont provoqué une nouvelle crise du gouvernement, mettant à l’ordre du jour la question de se débarrasser non seulement d’Alliot-Marie, mais de Sarkozy. Or la bourgeoisie et les médias préparent les esprits à un faux choix entre UMP et PS, notamment en focalisant sur le danger du FN.

Le discrédit de Sarkozy est à son comble après le passage en force de la contre-réforme des retraites. Il tente de s’en sortir en se faisant va-t-en guerre prétendument démocratique contre la Libye, mais il avait reçu lui-même Kadhafi en grande pompe, signant de juteux contrats pour le patronat français. Le PS s’est offusqué de la conduite d’Alliot-Marie et des amitiés libyennes de Sarkozy, mais n’a jamais remis en cause l’appartenance des partis de Ben Ali et de Moubarak à l’Internationale « socialiste ». Mitterrand avait maintenu le soutien de l’impérialisme français aux dictateurs, Jospin avait reçu Ben Ali en 1997 et Strauss-Kahn, le directeur du FMI, a vanté sa politique. De façon générale, la droite comme le PS sont les valets du capitalisme qui nous exploite, détruit notre environnement et promet de nouvelles catastrophes. Et leur politique depuis 30 ans fait le lit du racisme et du FN.

Cinq mois après la défaite de l’automne, les masses mécontentes n’ont pas repris confiance dans leur capacité à gagner, mais il y a de nombreuses luttes dispersées. Nous y participons de toutes nos forces, mais le retour d’une situation mettant à l’ordre du jour la grève générale ne dépend pas de nous. En revanche, il s’agit d’y préparer politiquement les travailleurs et les jeunes radicalisés.

Le point de départ, c’est la solidarité avec les peuples arabes. Il faut chercher à impulser avec les organisations du mouvement ouvrier, des quartiers populaires et de la jeunesse une campagne immédiate contre l’intervention impérialiste en Libye, des comités de soutien aux processus révolutionnaires dans tout le pays, pour l’annulation de la « dette » des pays opprimés, contre la chasse aux immigrés et aux sans-papiers, contre les entreprises impérialistes, à commencer par les entreprises françaises. Mais cela passe aussi par une campagne propre du NPA, avec des réunions publiques et des affiches nationales. Car ces luttes montrent la validité de notre projet révolutionnaire contre celui du Front de Gauche : ce sont les révolutions qui changent le monde, elles se font dans la rue et non dans les urnes, le prolétariat y joue un rôle central, l’auto-organisation est décisive, elle se heurte à la logique de la continuité institutionnelle de la bourgeoisie et tend à poser la question d’un gouvernement des travailleurs eux-mêmes.

Suivre l’exemple arabe, c’est faire comme les travailleurs du Wisconsin qui ont lutté pour dégager leur gouverneur Scott Walker — qui, face à leur mobilisation contre sa politique d’austérité et antisyndicale, les avait traités d’« espèces d’Égyptiens » —, aux cris de « Dehors Scott Moubarak » : c’est se préparer à dégager « Ben Sarkozy » par la lutte, tout en montrant que le PS n’est pas une alternative. Il faut en finir avec cette politique au service du capitalisme en crise et la voie à suivre est celle de la révolution ! En particulier, il faut faire échec à la tentative de Sarkozy pour créer une union nationale soi-disant « démocratique » autour de l’intervention impérialiste en Libye.

C’est sur cette base que nous pourrons relancer la construction du NPA en gagnant des milliers de travailleurs, chômeurs et jeunes révoltés par le capitalisme, ses injustices et ses dangers pour l’humanité, en nous implantant dans les grandes entreprises et les quartiers populaires.

Publicités

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :